Naroom
Bonjour cher Naroomien(ne) ! Voici les nouvelles du moment!

Le forum:
* Thème sur les emblèmes de cartes de jeu


La Galerie:
* Blog de galerie: "http://naroom.overblog.com/"



 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Couple en folie! Couple: Neji/ Pakun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Profil

MessageSujet: Couple en folie! Couple: Neji/ Pakun   Mar 20 Avr - 21:42
Je m'appelle Neji Hyuga, j'ai 29ans et je travaille dans une des universités de Tokyo comme professeur d'histoire depuis déjà 2ans. Aujourd'hui j'ai été convoqué au bureau du directeur. Quand j'ai ouvert la porte, je me suis retrouvé face à une charmante jeune femme. Le directeur m'expliqua qu'elle allait être, à compter de ce jour, mon assistante (personnelle ^^)!
" Mon... assistante? Mais Monsieur le Directeur...
- Il n'y a pas de mais, ni à discuter, c'est ainsi! Et pas autrement! S'énerva le Directeur.
- Et bien...
- Vous pouvez disposer! Finit alors Gai."
Je me retourna en direction de la jeune femme et soupira. Puis sortit alors du bureau suivit de ma nouvelle assistante. Je devais marcher trop vite pour les petites enjambées de celle-ci, car elle m'attrapa la manche pour me signaler sa lenteur!
Une fois arrivé dans mon bureau, je m'assis dans mon siège et lui demanda de fermer la porte pour me laisser le temps de lui faire face. Et je commença mon interrogatoire:
"Nom, prénom, age, adresse, numéro de téléphone, taille, poids, groupe sanguin, mensurations...
-Hatake Pakun, 28ans, 64 Impasse du Mont Fuji, 6 001 467 481 795, 1m72 pour 58kg, groupe A et le dernier ne vous regarde pas!
-Euh.... Oui pardon, c'est l'habitude...(un ange passe).C'est que vous etes grande dis donc... -_-" Sinon quelle est votre situation familiale? Un fiançé? Des enfants? essayais-je de me rattrapper.
-Célibataire, sans enfants, parents mort mais j'ai un grand frère.
-... C'est noté... dis-je."
Puis, après avoir pris note des informations qu'elle venait de me donner, je me leva et lui attrapa la main pour la saluer officiellement.
" Et bien, bonjour! Soyez la bienvenue dans cette université! Je suis Hyuga Neji, professeur d'histoire.
- Oui, merci mais je le savais déjà!
- ...Ah! Termine-je en lui lâchant la main." Je me rassis alors sur mon fauteuil afin de terminer le travail que j'avais commencé. Elle resta planté comme un piquet au milieu de la salle un moment à regarder la pièce de haut en bas, à se familiarisé avec ce nouvel environnement professionnel. Après quelques minutes, elle s'approcha de moi et se pencha sur mon travail. Je fus assez surpris de voir sa petite tête se placer à côté de la mienne.
"Qu'est ce que c'est? me demanda t-elle.
-Ma thèse! Je suis dessus depuis plusieurs années, c'est grâce à certaines de mes recherches pour cette thèse que j'ai été pris dans cet établissement.
-Impressionnant! Et quel en est le sujet?"
La question me surpris mais me fis plaisir, j'ai toujours aimé parler de mon travail. Après lui avoir fini de lui expliquer mes travaux et repris mon calme, je pus constater qu'elle me regardais avec un sourire radieux.
"Qu'est ce qui vous fait sourire? demandais-je en ne pouvant m'empêcher de sourire à mon tour!
-C'est vous qui me faites sourire.
-...Moi?!
-Oui, quand vous parlez vos yeux et votre visage s'illuminent. Vous avez l'air heureux et épanoui!
-Je...... haha...!"Me mis-je à rigoler nerveusement, tout en me remettant à mon bureau de manière à ne plus voir Hatake-chan. Ce n'est pas la première fois qu'on me dit que ce genre de choses! Alors pourquoi quand c'est elle qui me le dit je rougis et je perds mes moyens!!
"Je peux faire quelque chose pour vous aider?
-Euh.... Oui j'aimerais... 50 photocopies de... de.. ce document! Dis-je paniqué en lui tendant une feuille. Le problème est que dans ma précipitation j'ai renversé mon mug de thé sur ma thèse...
"CATASTROPHE! hurlais-je.
-Neji sensei.. votre thèse est toujours sur votre ordinateur vous savez..
-... Oui bien sur , je le savais. C'était un piège pour voir si vous suiviez!
-Je vais aller faire les photocopies... à plus tard."
Je me surpris à la regarder sortir et une fois la porte fermé, je me précipita à la fenêtre afin de prendre l'air, histoire de me remettre les idées en place. Qu'est ce qu'il m'arrive? J'ai déjà travaillé avec des femmes, bien mieux qu'elle, mais je n'est jamais eu d'assistante... Oui! Mais bien sur! Et c'est la première fois que quelqu'un bois mes paroles de la sorte et me cerne si rapidement sur ce sujet!
Voila mystère résolu! Je peux donc me détendre et retrouvé une attitude toute à fait normale. Parfait! Je me rassis, nettoya mon bureau et entrepris de nouvelles recherches.
Quand mon assistante revint avec mes photocopies, j'arborais un sourire sur de moi. C'est là que je l'a détailla de la tête aux pieds, très discrètement il va de soit! ^^
Son visage était enfantin et malgré tout, il avait le charme d'une femme. Ses cheveux blonds, ondulés faisant ainsi de très beaux reflets. Sa taille fine était accentuée par son chemisier blanc. Ses bras était a découvert. Je la vis passer ses mains sur son jean pour enlever quelques poussières.
" Neji sensei? Quelque chose ne va pas?
- Hein? Ah euh... non! Tout vas bien! Pourquoi?
- Vous étiez concentré sur mon jean!
- Euh.... Non! Enfin, si! Mais c'est pas pour cette raison! Et puis... M'embrouillais-je. Bon, j'la fermes! J'dis que des conneries!
- Professeur?
- Faites pas attention!. Terminai-je."
Je continua mes études quand je m'aperçu que miss Hatake était planté au beau milieu de la pièce. Je me retourna vers celle-ci et lui demanda:
" Etes vous intéressé par les monstres marins de la première ére?
- Euh....
- Très bien, alors aller me chercher un seau d'eau et un microscope!
- ... J'peux savoir se que vous aller faire avec...
- On ne discute pas mes ordres jeune fille. Et vous pouvez me tutoyer, comme nous allons travailler ensemble!
- Bien! J'vais te chercher ça! Termina Pakun."
Mon assistante partit quelques secondes de la salle et revient.
" J'peux savoir où y'aurait un seau dans cette université?
- Ah oui! Pardon! Je vais vous accompagner!"
Je me leva et partis en direction de la salle des ménagères.
Une fois arrivé, j'ouvris la porte et chercha avec mon assistante le seau.
" Es-ce que ce seau vous... euh... te vas? Hésita Pakun.
- Et bien, oui! Parfait!"
Je m'en saisis et le posa dans l'évier. Après avoir ouvert le robinet, je laissa couler l'eau dans le récipient en parlant avec mon assistante. Une fois le seau remplit, je ferma le robinet et pris la lance pour le lever. Je réessaya une nouvelle fois. une seconde fois...
" Pakun!? Tu peux venir m'aider?
- Oui! "
Le seau se leva et par mégarde, alla se verser sur ma pauvre assistante.
" Oh, Mince! Je suis désolé! Tu vas bien?
- Euh... Bah je suis trempé! Et c'est froid en plus!
- Les animaux marins n'ont pas de chauf... Je m'arrêta à la vu du visage dépité de mon assistante. Euh... Désolé! Me répétais-je.
Je m'approcha vers la porte avec le peu d'eau qu'il restait dans le seau, je me retourna vers mon assistante et quand je vis le chemisier blanc de Pakun qui était devenu transparent avec l'eau, Je commença a rougir et me retourner.
" Euh... Pakun!?
- Oui?
- Ton... chemisier! Finis-je."
Elle baissa sa tête et compris.
" Oh mon dieu! C'est pas vrai! Déclara t-elle."
Elle plaqua ses mains contre elle. Puis, j'eus une idée. En m'approchant des vestiaires, je cherchais et trouva une veste d'uniforme.
" Ah bah, tu peux mettre ça! Déclarai-je.
- Merci!"
Nous pouvions a présent retourner dans mon bureau.
Dans les couloirs, deux ou trois élèves faisaient des réflexions en voyant Pakun. Je ne comprenais pas mais ni porta aucunes importances. Quant nous atteignons ma salle, j'ouvris et fit entré mon assistante.
Elle put posé le seau au sol et déclara:
" J'peux savoir pourquoi c'est moi qui est porté le seau?
- Et bien... Réfléchissais-je. Parce que tu es mon assistante! Me justifiai-je.
- Intéressant!"
Je la regarda avec plus d'attention. Et m'arrêta sur un endroit précis.
" Euh... Pakun?
- Quoi?
- Tu as remarqué que les élèves te regardais avec un drôle de regard!?
- Ouais! Lâcha t-elle dépité.
- Je viens de comprendre pourquoi!
- Et...?
- On dirai que tu t'es... lâché! Expliquai-je.
- Lâché? Répéta t-elle en baissant son regard. Ah! Je vois! Termina t-elle en voyant la tache qu'avait fait l'eau en coulant sur son jean. J'ai vraiment le don pour me retrouver dans des tenues pas possible!
- Qu'est ce que tu entend par là? demandais-je curieux.
- Je vais te donner des exemples ça sera plus simple. Alors j'ai traversé une partie de Tokyo en pyjama, une autre fois en tenue d'infirmière, il arrive que mes gens se trompent d'appartement et entre chez moi quand je suis en sous-vêtement ou bien en serviette!! dit-elle d'un ton désespéré.
- Ah.. Oui! Quand même! approuvais-je tout en imaginant ce qu'elle venait de me dire. Le rose me monta aux joues et je me tourna rapidement pour qu'elle ne me vois pas. J'ai des affaires de rechanges dans le placard, prend les. dis-je en essuyant les gouttes de sang de mon nez.
- Merci beaucoup!
- De.. De rien voyons."
Elle ouvrit le placard, en sortit un sac, du quel elle sortit une chemise blanche et un short beige. Elle commença à déboutonner la veste par le haut, quand subitement elle se stoppa et me regarda l'air de dire "Je te dérange?".
"- Oups, pardon.. Je me tourne, je regarde pas!
- Merci!"
Il y a sur le bureau en face de moi un miroir dans lequel je ne pu m'empêcher de regarder car je pouvais ainsi voir mon assistante se changer. Je sais que ce n'est pas bien et je fis tout mon possible pour arrêter (ce qui fut très dur, croyez moi!). quand elle me permit de me retourner, je me sentis rougir, du fait de la voir dans mes vêtements.
" Sa... te vas très bien! Lâchai-je!
- Hein? Ah, merci!"
Après ces quelques mots, le silence s'installa pour le reste de la journée!
Le lendemain, elle m'annonça qu'elle devait s'absenter durant une semaine avec comme motif "personnel". Je ne cache pas que ça me tracassai. Je n'arrêtai pas de penser à elle. A quoi elle pensait en ce moment, ce qu'elle portait comme vêtements ou encore se qu'elle pouvait faire! En y repensant, on aurait pu crois que j'étais un vieux pervers! Mais rien a faire, je n'arrivais pas à me la sortir de l'esprit. Alors je restai dans mon bureau, seul.
Un matin, je décida de faire un peu de... rangement dans mon bureau. Et vu la forme que j'aspirai ce jour là, je commença à me lâcher.
" Tu es le soleil de ma viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie! Il n'y a que toiiiiiii! Pourquoi es-tu partiiiiiiiiis, siiii loin de moiiiiiiiiiiiiii!?" Commençai-je à chanter.
Je pris ensuite le balai et commença à laver le sol, puis le prendre comme micro.
" Ouiiiii! LE SOLEIL DE MA VIIIIIE! Comment vivre sans to... Bloquai-je en voyant mon assistante ouvrir la porte."
Elle me regardait avec.... interrogation!
" Euh... J'ai une musique dans la tête! Me justifia-je en reposant le balai."
Je l'a vis se mordre les lèvres pour ne pas rire mais elle ne tenu pas longtemps et laissa échapper son fou rire. Je ne l'avais jamais vu comme ça, elle rigolait à ne plus pouvoir s'arrêter, elle commençait à devenir rouge et des larmes apparurent aux coins de ses yeux. Je me sentis soudain extrêmement.. stupide. Pas seulement parce qu'elle m'avait surprit dans une position embarrassante ni parce qu'elle riait de mes sentiments pour elle mais bien parce que malgré cela je trouvais encore le moyen de l'admirer. Je devint soudain songeur. Et si elle savait que je chantais cette chanson en pensant à elle, aurait elle rigoler??
Je l'entendis se calmer et s'approcher de moi:
"Je t'es blessé?! Je suis désolé mais.. c'est sortit tout seul! C'est pas une excuse je sais, je suis impardonnable sur ce coup là!! commença t-elle à monologuer toute seule
-Non, mais ce n'est pas grave.
-Si, quand même! Je ne voulais pas te blessé, je te jure! Puis ça m'a fait du bien de rigoler, elle baissa la voix, après cette semaine de m....!! Enfin bref, je ferais tout ce que tu veux pour me faire pardonner!! se reprit elle.
-Qu'est ce qu'il c'est passer cette se...maine? demandais-je alors que je me rendais seulement compte de se qu'elle venait de dire. "Tout ce que je veux", cette phrase retentissait dans ma tête, j'avais les yeux grands ouverts, le rouge me montait aux joues en imaginant ce que pouvais lui demander!!
" Euh... Et bien, ta proposition m'arranges pour tout te dire!
- Pardon?
- Et bien, j'ai ma p'tite idée sur la chose! Tu n'as rien de prévu ce soir?
- ...Non, je ne crois pas!
- Tant mieux! Parce que maintenant tu as quelque chose!
- Et quoi plus précisément? Demanda t-elle avec un air inquiet.
- Ce soir, nous terminerons plus tôt! Nous irons ensemble chez ma cousine!
- Euh... Bien! Termina Par dire Pakun un peu rassurée!"
Je posa alors le balai que j'avais encore entre les mains et sortis de mon bureau en me dirigeant vers le bureau du directeur d'un pas décidé.
La porte était devant moi, petite certes, mais je la voyais! Je m'approchais d'elle, de plus en plus décidé! J'attrapa alors la poignée et la tourna pour débarquer enfin dans le bureau fier comme jamais!
" Ce soir, je sors! Monsieur le Directeur, mon assistante et moi-même terminerons donc plus tôt!"
Je réalisa que quelques minutes plus tard le blanc que ma présence avait causé.
Quand je regarda alors le Directeur, les nouilles tombèrent.
" Oh! Pardon! Vous mangiez!? Je.. reviendrais plus tard?"
Cette question était certes, très stupide! Mais la tête que le directeur avait vous aurez fait ce même effet, je vous assure!
" Monsieur Hyuga! Ce n'est pas la peine de revenir! Le message est passé...
- C'est que, monsieur le Directeur, j'ai un rendez-vous ce soir! Avec Mademoiselle Hatake!
- Ooooooooh! Commença alors a s'exclamer Gai. Je vois la fougue de la jeunesse en vous mes petits!
- Hein?! Questionna Pakun.
- Oh! Tu étais là Pakun!? Euh, Et bien..
- La fougue de la jeunesse? C'est... quoi?
- Euh... Rien d'important! Daignais-je de dire!"
Puis, je pris mon assistante sous le bras et retourna au bureau. La journée s'écoula tranquillement et quand 18h sonna, je pris mes affaires et le poignet de Pakun et l'emmena jusqu'à ma voiture.
Je m'installa à la place du conducteur et démarra la voiture direction, la maison de ma chère cousine.
Le voyage se déroula dans le plus grand silence. Pakun fixai la route muette. J'ai chercher tout le long du voyage un sujet de conversation mais une fois le sujet trouvé, nous étions déjà arrivés. Je sortis alors rapidement de la voiture pour aller ouvrir à mon assistante. Une fois arrivé devant la porte d'entrée, je toqua exactement deux fois et entra sans attendre de réponse.
" Hinata? Appelai-je.
- Oui? Répondis la petite voix de ma cousine.
- Ah! Hinata, j'ai besoin de toi!
- En quoi puis-je t'aider?
- Je te présente Pakun Hatake! C'est mon assistante et c'est elle que m'accompagnera au diner de ce soir.
- Oh! Bonjour! Déclara t-elle timidement.
- Bonjour! Salua Miss Hatake en s'approchant légèrement.
- Hinata! Répétai-je en me tournant vers elle. Tu n'aurais pas une tenue à préter à Pakun pour la soirée?
- Bien sûr! Me répondit t-elle avec un grand sourire."
Elle s'adressa alors à mon assistante:
" Mademoiselle, suivez-moi!
- Oui!"
Je les vis partir dans une salle au bout du couloir. La porte se ferma alors et j'allai m'assoir dans le salon en attendant qu'elles en ressortent.
Après quelques minutes, comme aucuns signe de vie n'était donner je décida d'aller me chercher un verre d'eau. Je passa devant la salle en question et ne pus m'empêcher d'écouter un peu.
" Sa me serre trop au niveau de la poitrine! Dit alors la voix de Pakun.
- Essayez plutôt celle-ci alors."
Le sang me monta à la tête. Je me rua à la cuisine, respira profondément pour ne pas saigner du nez une fois de plus. Quand je retourna au salon, je posa mon verre sur la petite table devant moi et m'assis à nouveau dans le canapé.
Après quelques instants, la porte s'ouvrit et je ne sais par quel réflexe, je me retrouva alors debout, droit comme un bâton, les joues un peu rosées. Pakun arriva vers moi vêtu d'une magnifique robe confectionné par ma chère cousine! La robe, beige, lui arrivait au niveau du genou, elle était à manche courte. Un ruban chocolat noué sous la poitrine de Pakun mettait celle-ci en valeur. Le modèle n'étant pas décolleté, ma cousine avait ajouté des boutons, eux aussi marrons, du haut de la robe jusqu'au ruban, pour que la personne qui porte la robe puisse les défaire si l'envie lui dit. Pakun en avait d'ailleurs détaché quelques uns! Après le ruban la robe était plus vaporeuse mais suivant, quand même, les courbes de la propriétaire! Au bout du tissu beige je remarqua le sous-voile, de couleur chocolat. Elle portait des sandales chocolat à petits talons assorties à la robe, et pour parfaire le tout: une ficelle, elle aussi marron, enroulée autour de son cou.
Mes yeux étaient ronds comme des billes et la salive me montais! On entendit alors dans un long silence, le bruit très élégant que ma gorge fît en ravalant la salive.
" Tu es... très belle! Terminai-je par dire.
- Merci...
- Bon, Neji, c'est à ton tour! Je t'ai déjà préparé un costume! Tu n'as plus qu'à le mettre. Intervint la cousine.
- Je te remercie! Finis-je en allant dans la pièce."
Je ferma la porte, me cala contre celle-ci plaquant ma main sur ma bouche. Je pouvais sentir mon cœur battre a toute allure. Je commençai a avoir chaud. Je décida donc de me déshabiller. Je regarda le costume préalablement choisi par Hinata. Celle-ci avait de très bon gout vestimentaire. Ce n'était pas pour rien qu'elle était devenu styliste. J'examina les vêtements. Un pantalon noir très classique avec de très fines rayures blanches, un chemise au manches longues avec le même beige que celui de la robe de Pakun. Le gilet était marron décoré d'un fil beige qui dessinait des formes ondulantes. Le veston allait avec le pantalon. De la même couleur, les mêmes rayures. Je remarqua alors la formes des boutons du veston: une croix entredeux tirets. Cette marque me rappela bizarrement le seau sur lequel était porté mes études. J'enfila alors le costume et sortit de la pièce, la cravate à la main.
" Alors? Demanda Hinata.
- J'aurais besoin de quelqu'un pour mettre la cravate.
- D'accord! Pakun va t'aider! Je vais chercher à boire dans la cuisine, je reviens! S'enfuit Hinata
- Hé! Bon... terminai-je en m'approchant de Pakun."
Je lui tendis ma cravate qu'elle attrapa. Nos mains se touchèrent et je ne pus m'empêcher de rougir.
Elle passa alors le tissu au dessus de ma tête et le serra au niveau du cou. Je la regardais. Concentrée sur son nœud. J'aimais voir cette expression sur son visage. Elle me calmai, me rassurai, m'envoutais. Elle finissait le nœud mais je ne pus détacher mon regard de mon assistante. Elle me regarda et au bout de quelques secondes me demanda:
" Neji ça va?
- Euh.. Oui bien sûr! Pourquoi ça n'irais pas?
- Tu as une tête bizarre.
- ....
- ....
- Bah.. Merci!
- De rien."
Je resta le sourire aux lèvres, toujours a la regarder.
" Neji?
- Oui? Lui répondis-je.
- C'est quoi cette histoire de diner?
- Ah! Assis toi, je vais t'expliquer!"
Je m'installa à côté d'elle et commença à lui expliquer mes histoires de famille, les origines de ce fameux diner et autres détails. Elle m'écoutait avec beaucoup d'attention, sans m'intérrompre une seule fois. Quand je m'arrêta dans mes explications, Pakun reprit alors la parole.
" Donc en résumé, j'vais t'accompagner ce soir à un diner familial sachant qu'elle est assez.... noble? Y'aura pas que ma famille. Y'aura aussi des clients pour les affaires de mon père.
- Chef d'entreprise?
- Exactement! Soupirai-je.
- Sa n'a pas l'air de te faire plaisir!
- Oh, je m'en fou un peu maintenant... Bref, commençai-je a dire en changeant de sujet. On ne va pas tarder à y aller!
- D'accord. Approuva t-elle en se levant du canapé.
-C'est à deux pas, on y va à pied.
-D'accord. Approuva t-elle encore."
Nous arrivâmes rapidement devant la maison familiale. Juste avant d'ouvrir les grandes portes de l'entrée, je tendis mon bras à ma cavalière, qu'elle prit sans se faire prier. Les portes s'ouvrirent et nous laissèrent découvrir, en bas d'un grand escalier, une salle pleine de gens chics et classes!
"Monsieur Neji Huyga et sa cavalière! annonça clairement une voix qui surprit Pakun.
-C'est rien, c'est juste l'annonceur. la rassurais-je en lui tapotant la main.
-Ah..Si ce n'est que ça! dit-elle mal à l'aise. Neji, pourquoi ils nous regarde tous?!
-Ce n'est rien..tu te fais des idées! Souris, je m'occupe du reste!
-D'accord!"
Je ne pouvais pas dire à Pakun qu'étant le fils du patron et devant prendre la succession, toutes filles qui me côtoyais, subissaient un examen de la part de ma famille afin de déterminer si elles feraient l'affaire en tant que femme du futur patron. Je savais que mon père, comme à son habitude, se tenait au fond de la salle de réception, d'une de longueur de 100mètres, et que je devais donc passer devant tous les membres de ma famille avant de pouvoir, enfin, le saluer. Ce qui voulait dire que Pakun allait devoir subir bons nombres d'interrogations, plus ou moins étranges, de la part de mes cousins et autres clients! Je commença a marcher lentement sachant que j'allais devoir m'arrêter dans quelques secondes. Et cela ne tarda pas.
" Quelle ravissante jeune femme. Tu ne nous présentes pas?
- Ah! Bonsoir. Je vous présente Hatake Pakun, elle m'assiste dans mes recherches professionnelles. Pakun, je te présente ma petite cousine, la sœur d'Hinata. Et juste à côtés d'elle, son mari et sa fille.
- Enchanté! Salua Pakun en s'inclinant légèrement.
- Moi de même!
- Bien, je vais saluer mon père, à plus tard."
C'est ainsi que se déroulèrent les 3 premières heures de la soirée, nous étions arrêté toutes les minutes et bavardions quelques autres avec nos interlocuteurs. Nous étions enfin à 2 mètres de mes parents, quand ma cavalière déclara fatigué:
"Pour une grande famille, c'est une grande famille!
-Oui, c'est vrai! Mais ne t'en fais pas mon père est juste là et nous avons déjà salué toute la salle!
-Enfin, lâcha t-elle dans un soupir de soulagement."
Je ne pus retenir un rire et elle me sourit en retour.
" Papa!
- Ah mon fils! J'étais justement en train de parler de toi à mon chère ami.
- Monsieur! Ravis de vous revoir! J'espère que mon père ne vous cause pas trop de déficits.
- Haha! Bien sûr que non, votre père est un associé de valeur! Je vous laisse entre vous, je dois retrouver ma femme et le buffet!
-Merci! Très bien, bon courage! Lui lança mon père avant de se retourner vers nous. Mais que vois-je au bras de mon fils? Qui es cette jolie jeune fille?
-Je suis Pakun Hatake, monsieur, dit- elle en s'inclinant. Ravie de vous rencontrer!
-Plaisir partager! Comment trouvez-vous cette soirée?
-Magnifique! Je n'en ai jamais vu de telle!
-Nejii, mon garçon!
-Ah, mère vous voila! Laissez moi vous présenter ma cavalière: Pakun Hatake! dis-je, alors qu'elle salua ma mère.
-Oh! J'adore vos tenues! Elles vont si bien ensemble!
-Merci, c'est Hinata qui les a confectionnés. répondîmes Pakun et moi en même temps. Nous échangeons un regard amusé.
-Dommage que cette robe ne soit pas mis en valeur. déclara ma mère sur un ton dur.
-Mère!? m'exclamais-je outré.
-Écoute, pour porter ce genre de vêtement il faut de la prestance, des formes et une certaine dignité! Ce n'est pas une tenue pour une pauvre fille trouvé je ne sais où! Je t'ai pourtant déjà dis de ne pas amener ce genre de personne chez nous!
- De quoi parlez vous? Lui demandai-je alors.
- Un seul coup d'œil suffit. Cette fille n'est pas de notre rang. C'est évident!
- Je ne vous permet pas!
- Mon fils, elle n'est pas fait pour toi c'est ainsi, ouvre les yeux ! Elle s'adressa à Pakun qui pour l'instant n'avait rien dit. Mademoiselle je suppose que vos parents sont ouvriers ou quelque chose de la sorte, qu'ils n'ont pas d'argent et qu'ils ont pensé que mon fils serait la réponse pour que leur retraite soit assuré. Neji, mon petit, des gens sans honneur ni amour propre il y en à partout, il faut te méfier. Je te l'ai déjà dis!"
J'étais estomaqué par ces propos, j'allais répliquer quand un poing, sortit de nul part, alla percuter violemment la joue de ma mère et l'envoya dans les bras de mon père. La salle était devenu silencieuse et tous le monde avait le regard braqué sur la personne qui se tenait à côté de moi. Car oui, c'était bien Pakun qui venait de frappé ma génitrice!
"Insultez moi de tous les noms si cela vous fait plaisir! Mais n'insultez, PLUS JAMAIS, mes parents! hurla Pakun rouge de colère. Je ne les ais pas vraiment connu, mais c'était des gens biens et ils valaient 100 fois plus que certaines personnes ici. elle dit cela en fusillant ma mère du regard qui se tenait la joue avec des yeux comme des billes. Et ne vous inquiétez pas, n'appelez pas la sécurité.. Je pars sur le champs!" Elle fit volte-face et parti en direction de la sortie. La voyant arriver les gens lui avaient dégagé le passage et c'est un boulevard qui apparue devant elle.
Je l'a regarda s'éloigner avec une démarche assurée et fière. Je ne savais pas quoi faire, elle venait de frappé ma mère devant plus de 300 personnes! Mais à chaque pas qu'elle faisait vers la sortie mon cœur se serrait et j'avais l'impression que si je l'a laissait partir je l'a perdrait! Elle était sûr la dernière marche de l'escalier, les bavardages de la foule commençaient quand, surprenant tous le monde, un cri fut poussé:
"PAKUN! venais-je d'hurler, tout en courant dans sa direction. Elle se stoppa et me regarda. J'arrivai, enfin, au milieu de l'escalier, essoufflé! Je suis vraiment..
- Ce n'est rien Neji, me coupa t-elle. Je ne t'embêterais plus, ni toi,ni ta famille. Adieu! me dit-elle avec un sourire triste."Elle fît face aux grandes portes, poussa un soupir et marcha lentement vers elles.
J'avais la gorge noué, je ne pouvais rien dire pour la retenir, il y avait bien trop de monde. Je m'apprêtais à lui dire adieu à mon tour.
"Je t'aime! voila ce qui était sortit de ma bouche. Pakun se stoppa, la foule retint son souffle.
- QUOI? hurla ma mère, MAIS C'... , mon père l'empêcha d'en dire plus. Hatake se tourna vers moi et me regarda les yeux écarquillés. Je m'approcha d'elle doucement.
- Que.. qu'est ce que..? bégaya t-elle.
- Je voudrais que tu restes! L'informai-je en lui tendant ma main. Ce ne sera pas les propos de ma mère qui m'empêcherons de faire ma vie avec toi, Pakun!"
Elle resta devant moi, immobile et muette. La jeune femme baissa la tête pour fixer le sol.
" Je... Commença t-elle."
Rien d'autre ne sortit de la bouche de Pakun. Alors, je me décida à m'approcher, arrivant à l'autre bout des escaliers. Elle se retourna vers moi, toujours le visage caché. Je pris le lacet qu'elle portait au cou et tira sur l'un des bout se qui défaisait le nœud. La ficelle glisser aisément, et une fois que ma main retourna le long de mon corps, je serra le ruban attendant une réponse de Pakun. Le silence s'était installé dans la grande salle de réception, tous tourné vers nous.
" Je... Reprit elle.
- Pakun! Si tu ne veux pas de mo..."
Je n'eus pas le temps ou plutôt la possibilité de finir ma phrase. Elle s'était agrippé à mon cou et le long baiser qu 'elle me donna m'envahissais de bonheur. J'entendis la démarche lourde de ma mère se rapprocher de nous. Rien que l'idée de ce qu'elle pourrait dire sur Pakun me mit sous tension. Au moindre mot, tout aller sortir.
Sachant que la soirée était plombée d'avance. Je pris ma douce par la main, regarda ma mère le temps de deux ou trois secondes et mon regard se posa sur Hinata, qui me regardait, un grand sourire aux lèvres. Je n'aperçus que plus tard le "V" qu'elle faisait avec ces doigts. A partir de ce moment là, je savais quoi faire exactement. Je pris la parole:
" Cher famille, chers convives, veuillez m'excusez! Je vous souhaite une bonne fin de soirée."
Sur ces derniers mots, je fis un gros sourire à ma cousine en lui dédiant un clin d'œil. Puis, je sortis de la salle avec Pakun, main dans la main.
Je l'entraina jusqu'à ma voiture, la fit monté et partit le plus vite possible. Il est vrai que la perspective que ma mère veuille nous arrêter m'inquiétais, après ce qu'il venait de ce passer! Partir c'est bien mais où?!...
Je roulais tout droit et observa Pakun. Elle avait toujours le visage caché par ses cheveux, la tête tournée vers la vitre. Elle ne bougeait pas, ne parlait pas, à ce demander si elle respirait (?!). Je décida donc de la ramener chez elle. De tout le voyage elle ne m'accorda pas un regard, ni même un mot! J'en était à me demander si elle était morte ou bien si elle m'avait embrassé juste pour faire enrager ma mère et ne pas me laisser en plan devant ma famille et nos relations! C'est avec ses interrogations et le cœur lourd que nous arrivâmes sur le parking devant son immeuble.
Nous étions tout deux dans la voiture, silencieux, à se demander qui aller prendre la parole le premier des deux. Mon regard ce posa alors sur Pakun quelques secondes et je regarda les plis que mon pantalon faisait. Toujours ce silence, long, pesant.
" Pakun? Dit quelque chose! Ordonnai-je.... Pakun? appelai-je en la regardant. Pakun?"
Je me tus, la regarda, la tête plongé dans son décolleté.
" Pakun? Me répétai-je un peu perplexe."
Je m'avança et leva l'une de ces mèches. Les yeux clos, elle s'était endormie doucement dans ma voiture. Aussitôt, ma tête se colla dans le siège auto du conducteur. Je sentis mes joues chauffer. Plusieurs choses me traversa l'esprit, j'aurais bien pus lui sauter dessus, mais gentleman que je suis, je me suis juste penché vers elle pour la réveiller! A quelques centimètres d'elle, c'est beaucoup moins facile de garder son calme, plus je me rapprochais d'elle et plus j'avais cette envie de l'embrasser qui montait en moi. Un centimètre, c'est la distance qui séparait mes lèvres des siennes. Je sentais son souffle régulier et léger. Je ravala ma salive, mon cœur battait de plus en plus vite, j'avais une boule dans le ventre. Je n'arrêtai pas de me dire que j'allais faire là, quelque chose de mal, que j'allais regretter plus tard.
Je me stoppa et la contempla pour finalement m'éloigner. Je sortis de la voiture histoire de... me calmer. Et je fis ce qui me sembla le plus raisonnable, je la sortie de la voiture et je la prit dans me bras. Comme je montais les escaliers, qui menaient aux 2eme étages, sa tête oscillait sur mon torse, le rose me remonta aux joues mais enfin la porte de son appartement apparue. C'est la que je me rendis compte d'un petit problème.. je n'avais pas les clés et, comble du désespoir, la porte était fermée! Mais un autre problème fit surface. Pakun n'avait pas de sac à main, donc il fallait que je la fouille pour pouvoir ouvrir! Pourquoi moi?! T-T
Je m'assis dos à la porte et elle sur mes genoux. Je pris mon courage à deux mains, enfin à une, et tâta ses hanches afin de trouver les poches de celle-ci. Après l'avoir trouvé, parce qu'elle n'avait qu'une poche, j'entrepris de la fouiller. Ma main si engouffra, il n'y avait pas grand chose, un billet de métro et.. ses clés! Trouvé! C'est là que je me rendis compte qu'il y avait quelque chose de chaud.. sa cuisse! Je retiras ma main instantanément, mon visage était en feu et je me dépêcha de rentré. Une fois sa chambre trouvé, je la déposa sur son lit et m'assis à côté d'elle avant de lâcher un soupir de soulagement!
Je repris mon calme assez rapidement, me tourna en direction de la porte. En sortant de la chambre, je pris la poignée de la porte pour la fermer quand mon téléphone portable sonna:
" Allo!?
-Neji! C'est Hinata! Tu es avec Pakun?
- Euh... A moitié! Répondis-je en ouvrant légèrement la porte me permettant de voir l'endormie concerné!
- Tu pourrais... lui demander de me rendre ma robe? J'en ai besoin pour demain!
- Hein? Mais...
- Aller! J'en ai vraiment besoin, tu me sauverais la vie!!!
- T'exagère pas un peu là?
- Si! Mais le faite est que j'en ai besoin! Démerde toi pour me la ramenai ce soir! Je t'attends. A toute!"
Tut tut tut..."
"QUOI? Criai-je en chuchotant."
Je regarda une nouvelle fois Pakun, étendu sur son lit. Comment me débrouiller pour reprendre cette robe, sans réveiller Pakun! Pouffant de désespoir, je m'avança dans la chambre en direction du lit! Ma main se rapprochai dangereusement de mon assistante. Je ravala ma salive, les joues rouge de honte. Non, je peux pas!
" Pakun? L'appelai-je pour la réveiller. Pakuuuun...."
Aucun signe de vie de sa part.
" Pakun? Demandai-je en la secouant par l'épaule. Hé, Pakun!"
Pakun dormait toujours. Alors je l'a pris par les deux épaules.
" PAKUUUUUUN!!!
- Heinnnnnn??? Daigna dire l'endormie.
- Tu dors toujours?
- ...
- Je... vais t'enlever la robe! Hinata me l'a demande! Donc je vais... te ... déshabiller! terminai-je par dire rouge."
Je retourna mon assistante pour pouvoir ouvrir la fermeture-éclair qui se trouver dans le dos. Mes mains passèrent du haut de ses épaules glissant le long de ses bras. Je m'étais débrouillé pour que les draps la couvre au maximum. Et quand enfin je tenais la robe d'Hinata, que j'étais pret a sortir de la chambre, le portable de Pakun sonna. Je ne sais toujours pas pourquoi je décrocha.
" Allô!?
- ... Pakun?
- Euh... non!
- Où est Pakun?
- A côté de moi! Elle dort!
- PARDON!? Et vous êtes qui? Vous êtes où? Qu'es-ce qu'elle fait avec vous? Pourquoi vous êtes avec...
- Hé oh! Du calme! Pakun dort tranquillement dans son lit! J'allais partir quand le téléphone à sonné! Sinon je suis Neji Hy... Et vous! Vous êtes qui d'abord?
- Je suis son frère C******!
- ... Ah!"
Plus aucuns son ne voulait sortir de ma bouche... Je pris donc la fuite!
" Au revoir Monsieur Hatake! Saluai-je en raccrochant.
Je regarda une dernière fois Pakun avant de partir.
" Mmmh.. argh.. R..ste! Marmonna Pakun.
- Mmh? Pakun?
- J.. t'aim... N..
- N? Demandai-je en me rapprochant d'elle. "N" qui?
- Nou...nours!
- ... -_-'"
Je me releva et voulant sortir de la chambre j'entendis nettement.
" Neji, je t'aime!" Je trouvé même que, pour quelqu'un qui dormais, c'était trop net. Et quand je me retourna, Pakun était assise dans son lit, son draps blanc monté jusqu'aux épaules. Elle me regardé, sereinement. Alors, je lui souris et lui dis: "Je t'aime aussi Pakun"!! Elle accouru vers moi, me sautant dans les bras. Le draps blanc laissai apparaitre sa silhouette par la lumière en contre-jour.


FIN

Ecrit par Pakun HATAKE & Lily HATAWAI
 

Couple en folie! Couple: Neji/ Pakun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (m/libre) dylan sprayberry.
» Boule et Tessie couple de caniches toy abricot
» Couple de l'année
» Couple sous couverture. Trouée
» Les nominés pour le prix du plus grand couple (fictif ou non

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naroom :: Autres :: Autre :: Autres-